L’amour n’est pas un crime

Vous avez été des milliers à signer notre manifeste des « Hors la loi » et nous vous en remercions. 

Nous avons été extrêmement touchés par votre mobilisation et grâce à vous toutes et tous, nous avons pu ouvrir le débat, et libérer une parole longtemps enfouie. 

Il est temps maintenant de passer à la véritable action. 

Savez-vous qu’en tant que citoyennes et citoyens marocains, selon l’article 15 de notre Constitution, nous avons le droit de présenter des pétitions aux autorités publiques ? Et de contribuer ainsi à discuter et réformer les lois de notre pays. 

C’est ce que nous avons fait.

Nous venons de déposer une pétition (Numéro 250165)auprès de notre parlement, où nous demandons que toutes les infractions pénales portant sur les libertés individuelles soient retirées du Code pénal marocain.

Où nous proclamons haut et fort : l’Amour n’est pas un crime.

Cette pétition citoyenne peut être historique. Ouverte aux signatures sur Internet, elle doit recueillir un minimum de 5000 signatures pour être prise en compte.

Allez-vous en être ?

Pour signer, il suffit de remplir un court formulaire en ligne en vous munissant de votre numéro de CIN. Mais à condition d’être inscrit sur les listes électorales. 

Si vous ne l’êtes pas, l’inscription en ligne sur les listes est également ouverte jusqu’au 31 décembre.

Inscrivez-vous, signez, c’est le moment ou jamais. Notre voix existe, notre voix compte. 

Et nous l’avons déjà prouvé. 

Depuis que nous avons commencé, il y a seulement deux mois, nous avons fait du chemin. Nous avons bâti une forte communauté sur le web. Nous avons participé à plusieurs débats universitaires. Nous avons dénoncé l’hypocrisie sociale et su toucher la jeunesse marocaine dans ce qui lui tient à coeur: sa liberté d’aimer. 

Nous nous sommes sentis moins seuls. 

Nous avons aussi reçu des centaines de témoignages attestant de la difficulté d’être et de s’épanouir dans ce pays, en premier lieu à cause de ces lois. 

Des jeunes des quatre coins du royaume nous ont écrit pour nous raconter le harcèlement dont ils ont été victimes, des femmes nous ont relaté l’humiliation, les paroles offensantes qu’elles ont subies, des couples nous ont confessé l’acte de corruption qu’ils ont dû commettre pour s’en sortir, et éviter ainsi le scandale et l’infamie. Tandis que d’autres ont appelé à l’aide, car poursuivis en ce moment même, impuissants à se défendre.

Comme si nos prisons n’étaient pas déjà suffisamment pleines, et qu’il n’y avait pas de luttes plus pressantes : contre les violences sexuelles, les féminicides, les détournements de fonds, la corruption, le terrorisme, et nous en passons.

Comme si l’Amour était le crime numéro un des Marocains, et qu’il était plus simple de mettre une jeune femme en prison parce qu’elle aime, parce qu’elle avorte, plutôt que l’homme qui peut demain la violer en toute impunité.  D’enfermer un couple qui se tient la main, plutôt que l’individu qui se salit les mains. De mettre derrière les barreaux des adolescents qui s’embrassent, plutôt que des hommes qui cassent.   

La jeunesse d’aujourd’hui demande à être écoutée et elle le mérite. Elle est le futur, le Maroc de demain. A l’heure où la fuite des cerveaux impacte si lourdement notre pays et son développement, où cette jeunesse se sent opprimée, menacée dans sa liberté quotidienne, élémentaire, vit dans la peur et dans la honte, et ne rêve plus que de partir, fuir, ne plus jamais revenir, est venu le temps de dire stop, d’affirmer et de marteler : l’Amour n’est pas un crime.

Rejoignez-nous, soutenez-nous.

Croyez en vous. 

TOUTES ET TOUS HORS LA LOI, JUSQU’À CE QUE LA LOI CHANGE.

Rendez-vous sur nos pages Facebook et Instagram ou sur notre site web : www.collectif490.com pour plus d’informations sur les procédures à suivre pour signer notre pétition citoyenne et s’inscrire sur les listes électorales.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *